Le Château de Vincennes, aux portes de Paris
La Tour du Village, l'entrée du Château de Vincennes - Crédit photo : Sébastien Gouillard

Le Château de Vincennes, aux portes de Paris

Situé en limite immédiate de la Capitale (le bois de Vincennes étant, comme son nom ne l’indique pas, sur le territoire de Paris), le Château de Vincennes a eu un rôle important dans l’Histoire de France, puisqu’il fut résidence royale. Et il pourrait devenir résidence présidentielle, sous certaines conditions, comme l’avait imaginé le Général de Gaulle.

Historique

Les souverains capétiens fondent un manoir de chasse dans le bois de Vincennes au XIIe siècle.

Château de Vincennes
L'emplacement du Manoir, détruit à partir du 17e siècle - Crédit photo : Sébastien Gouillard

Jean II le Bon démarre à proximité la construction du donjon au début de la guerre de Cent Ans. Son fils, Charles V, l’achève vers 1370. Le manoir (aujourd’hui disparu) et le donjon sont ensuite protégés par une enceinte longue de 1 100 mètres et jalonnée de neuf tours.

Château de Vincennes
Le donjon - Crédit photo : Sébastien Gouillard

En 1379, Charles V fonde la Sainte-Chapelle, sur le modèle de celle de l’Ile de la Cité à Paris. Sa construction fut achevée près de deux siècles plus tard.

Château de Vincennes
La Sainte-Chapelle - Crédit photo : Sébastien Gouillard

A partir de 1654, d’importants travaux sont réalisés à la demande de Mazarin puis de Louis XIV. Deux pavillons sont construits, en parfaite symétrie : le pavillon du Roi (siège actuel du Service Historique de la Défense) et le pavillon de la Reine.

Château de Vincennes
Le pavillon de la Reine - Crédit photo : Sébastien Gouillard
Château de Vincennes
Le pavillon du Roi, siège du Service Historique de la Défense (travaux novembre 2018) - Crédit photo : Sébastien Gouillard

Après la Révolution Française

En 1796, le château fut converti en arsenal, abritant depuis lors la section historique de l’armée. Il fut profondément remanié et de nouveaux bâtiments militaires qui existent encore aujourd’hui furent construits.
Le 15 octobre 1917, Mata Hari, accusée d’espionnage, y fut fusillée.
En août 1944, des troupes allemandes s’y installèrent. Au moment de la libération de Paris, un incendie dura une semaine et provoqua des dégâts irréversibles : le pavillon du Roi est en ruine et celui de la Reine partiellement détruit.
Les restaurations ont commencé au lendemain de la Seconde Guerre Mondiale, et se poursuivent encore aujourd’hui.

Sous la Ve République

En 1964, le Général de Gaulle, alors Président de la République, avait envisagé quitter l’Elysée pour le Château de Vincennes, mais le projet fut abandonné.
En 2010, Nicolas Sarkozy, lui aussi, a imaginé un transfert de la Présidence de la République, et dans un cas précis : une crue de la Seine, équivalente à celle de 1910.
Le but : mettre en sécurité l’ensemble des services de la Présidence et de ses personnels.
Un plan secret baptisé « plan Escale » a été lancé. Le château de Vincennes a été retenu en raison de son taux d’occupation relativement faible et de la sécurité maximale qu’offre son architecture.

Visite

Le Donjon

C’est le plus haut donjon du Moyen-Age, il s’élève à 50 mètres. Il est protégé par une enceinte et un fossé, à l’origine en eau.

A l’intérieur, on trouve différentes pièces : la salle du conseil au 1er étage, la chambre au 2e, l’oratoire et la salle du trésor.
Au rez-de-chaussée se trouvent les cellules où furent emprisonnées des personnalités : Nicolas Fouquet (surintendant des finances, bâtisseur du Château de Vaux le Vicomte), Mirabeau ou encore le Marquis de Sade.

La Sainte-Chapelle

Elle fut restaurée pendant 10 ans, la tempête du 26 décembre 1999 ayant eu de graves conséquences sur le monument : le vent a traversé à 200 km/h la Sainte-Chapelle, détruisant les vitraux (qui avaient été refaits après la Seconde Guerre Mondiale), et a provoqué un « effet de tambour », faisant vibrer les voûtes et provoquant d’importantes déformations.

Le Pavillon du Roi (Siège du Service Historique de la Défense)

C’est le lieu de conservation des archives des ministères chargés des affaires militaires, notamment la Convention originale d’Armistice. Signée dans le wagon à Rethondes le 11 novembre 1918, elle fut présentée exceptionnellement au public à l’occasion du centenaire de l’Armistice. L’exemplaire français est l’unique existant encore, l’exemplaire allemand ayant été perdu.

La convention originale d'Armistice signée le 11 novembre 1918 - Crédit photo : Sébastien Gouillard

En 2010, c’est dans ce pavillon que des travaux ont été réalisés, notamment en matière informatique, dans le cadre du « Plan Escale ». Désormais, en cas d’inondation grave de Paris, les personnels des services historiques évacueraient les locaux. A leurs places, les centaines de collaborateurs de l’Élysée s’y installeraient.
Quant au président de la République, déplacé à Vincennes, il s’installerait dans le bureau du général, directeur du service de l’armée de terre, non loin de la salle des emblèmes où sont conservés les drapeaux de tous les régiments dissous.

La salle des emblèmes - Crédit photo : Sébastien Gouillard

Infos Pratiques

  • Adresse : Adresse : 1 avenue de Paris – 94300 Vincennes
  • Métro : Château de Vincennes (ligne 1)
  • Horaires : Tous les jours (sauf 1er janvier, 1er mai et 25 décembre) de 10h à 17h du 22 septembre au 20 mai, et de 10h à 18h du 21 mai au 21 septembre
  • Tarifs pour l’accès au Donjon et à la Sainte-Chapelle : 9,50 € (réduit : 7,50 €)
  • Site internet
Merci de partager

Laisser un commentaire